Aller plus loin

Language

Suivez notre actualité

 

Le thé d'Ania

Synopsis

 

Mehdi, romancier algérois, n’a pas ou plus le courage de parler, alors il écrit, pendant que la violence ambiante s'empare des corps et des cœurs, sans distinction. Pour continuer à exister, Mehdi a trouvé une planque, il est fonctionnaire au Service des Décès de la Ville d'Alger. Le reste du temps, il vit reclus, ou presque, entouré de feuilles de papier noircies de pulsions d'amour et de soleil brûlant. En face de Mehdi, il y a Ania, fille de Pieds-Noirs, la femme d’à côté qui apparaît souvent à sa fenêtre. Un vis-à-vis troublant, embarrassant même pour cet homme qui a peur d'attirer sur les autres la menace qui pèse sur lui. Pourtant Ania lui apporte régulièrement du thé, au risque de trouver porte close…

Le réalisateur

sad ould-khelifa et freddy buache_mignature

Saïd Ould-Khelifa (à gauche sur la photo, en compagnie de Freddy Buache) a été journaliste de 1969 à 1989 en Algérie, puis en France. Son premier film, inédit « Ombres Blanches » a recu le Premier Prix au Festival d’Amiens en 1991. Depuis 1989, il collabore avec le festival « Théâtre au Cinéma » (Bobigny) : interviews et écrits sur Peter Brook, Ingmar Bergman, Maria Casares, Joseph Losey, Harold Pinter, Théo Angelopoulos, Melina Mercouri, Andrej Wajda, Bertold Brecht, Margareth Von Trotta, Jean Genet, Patrice Chéreau, Alberto Moravia, Pier Paolo Pasolini, Kateb Yacine, Luchino Visconti… Au Théâtre, il a monté plus d’une dizaine de pièces (Alloula, Aristophane, Fassbinder, Brecht, etc…) et mit en scène « Aux deux Rives » à partir de textes de Kateb Yacine et d’Albert Camus.

 

 

La presse (extraits)

L’Express – Christophe Carrière

« C’est beau, indéniablement émouvant. Sans doute bouleversant pour qui a été concerné de près par cette « tourmente ». Les autres apprécieront la poésie du traitement, le beauté de l’image. »

Le Point – Olivier de Bruyn

« Une fiction ambitieuse remarquablement interprétée par les deux acteurs principaux. » 

Zurban – Olivier Pélisson

« Said Ould-Khelifa filme avec délicatesse des êtres pris dans la tourmente. » 

L’Humanité – Dominique Widemann

« L’accordéon de Marc Perrone, sublime, enveloppe Alger des déchirures d’un voile de soie. » 

France/Algérie – 2004 – 95mn – couleur – 35 mm - son numérique DTS

Sortie en salle : 4 mai 2005

Visionner le film en VAD

Le Thé d'Ania est disponible en VAD (Vidéo à la Demande) sur UNIVERS CINE